RSS

Archives Mensuelles: novembre 2015

Un Journal, un document multimédia

couper1Il était prévisible que peu de commentaires suivront l’article sur le journal de l’animateur (al karrassa). Quoique presque tous les animateurs contestent le journal et trouvent qu’il n’est d’aucune utilité à personne en commençant par l’animateur lui même, qui pour éviter les remarques de l’inspecteur s’y plie sans conviction aucune.
Mon approche repose sur le rôle essentiel de l’animateur et sa fonction première qui sont l’accompagnement du jeune et rien d’autre.
L’accompagnement, cette notion porte en elle toute la stratégie de travail de l’animateur’ ses objectifs et ses méthodes de travail et ses outils.
L’animateur n’impose rien, il suit le jeune tout en étant à son écoute, en lui servant de garde fou et en mettant tout en œuvre pour que le jeune s’épanouisse, s’affirme dans le groupe, s’exprime, s’extériorise, communique, accepte les différences et de là être sécurisé dans son statut de jeune.
Alors comment admettre que l’animateur impose les activités et leurs déroulements à lui tout seul et delà élaborer une fiche basée sur un ensemble d’aléas ? Ce qui aboutit obligatoirement à un journal fictif, plat donc inutile.
La proposition est donc de ne pas supprimer le journal, mais de réaliser ses fiches « après coup », c’est à dire après la séance d’activité et non avant. Ce qui ferait du journal un DOCUMENT PÉDAGOGIQUE retraçant des situations réelles observées, décrites, et
analysées
Le journal deviendrait un extraordinaire outil de formation continue non seulement pour l’animateur mais aussi pour l’inspecteur et s’il est partagé pour tous les autres animateurs et inspecteurs.
Et du même coup le journal deviendrai aussi une source d’inspiration pour de nouvelles activités, nouveaux projets d’animation et recherches, surtout si chaque page est agrémentée par des photos, des vidéos, des vidéos, des documents PDF, des liens web, le tout en relation avec le sujet traité.Et de là faire que le document soit interactif.

Pratiquement

Il s’agit de donner à l’animateur de s’exprimer à propos d’une situation pédagogique vécue, donc il est essentiel de ne pas le lier ou l’emprisonner dans un formulaire. Chaque page peut contenir :

1. Une cartouche : données importants pour comprendre la situation, comme la date, le lieu, la durée de la séance, le nombre de participants et toutes autres information qui pourrait être rajouter pour la bonne compréhension, comme par exemple des données météorologiques s’ils ont un rapport direct avec la situation traitée.

2. Une description de la situation. il s’agit de décrire les “éléments” importants qui définissent la situation, faisant abstraction de tout le reste.

3. Une analyse de la situation sous forme de points, ne s’attachant qu’à un seul élément essentiel à partir duquel la situation peut être saisie et exploitée.

4. Peuvent être rajoutés en fonction de l’analyse des documents attachés, des photos, des vidéos, des liens internet.

Exemples de supports et logiciels

1. Un logiciel de traitement de texte comme Microsoft Word, ou opter pour les suites office libres comme Open Office (http://www.openoffice.org/)

2. Un logiciel de PAO comme Microsoft Publisher, ou aussi Open Office (plus souple dans la création de la page)

3. Adapter un Service en ligne comme Minute (https://minutes.io/welcome)

La démarche est la même pour tous ces logiciel ou service (comme indiqué ci-dessous pour le logiciel Word), tous ont l’avantage d’avoir des équivalents sur internet ce qui facilite le partage, les sauvegarde en ligne et plus encore.

Document Word

 
Poster un commentaire

Publié par le 10 novembre 2015 dans Débats d'Idées, Documents, L'Animation

 

Étiquettes : , ,

Commencer intelligemment l’année éducative. une expérience.

2015-10-01 01-03-50Il y a quelques années de cela (2013), j’ai pensé pouvoir remettre en cause « le départ de l’année éducative » et trouver une nouvelle approche pour motiver les animateurs.
La tradition voulait qu’on organisait une journée d’information, avec très peu d’informations, soit dit en passant. On réunissait tous les animateurs du gouvernorat et les inspecteurs essayaient avec des discours savants de réinstaller leur autorité.
Ce qui a retenir c’est que cette journée dite d’information n’apportait rien à personne.
L’idée était donc de mettre en place une stratégie nouvelle de travail, basée sur des projets d’animation diversifiés, inédits et auxquels participent toutes les institutions de la région.
Mais pour ce la il fallait partir d’une réelle évaluation des activités de l’an passé et d’un réel état des lieux (espaces, animateurs, moyens, budgets, etc.).
Pour faciliter l’approche j’ai proposé une démarche qui pourrait servir de base de réflexion avec les objectifs et étapes détaillées, le tout emballé sous forme de recherche action avec tout ce que cela sous entend.
Quoique l’expérience a avorté pour différentes raisons plus ou moins lamentables, je reste persuadé que cela peut réussir et créer une dynamique très intéressantes aux niveaux de la région.

Et voilà ci dessous les documents récapitulant la démarche et les objectifs, j’estime que cela pourrait servir ne serai-ce que pour s’en inspirer.

2015-10-01 01-23-54  2015-10-01 01-24-08

 
Poster un commentaire

Publié par le 1 novembre 2015 dans Débats d'Idées, L'Animation

 
 
%d blogueurs aiment cette page :