RSS

Archives Mensuelles: février 2015

Les modes passent et ne laissent aucune trace (3ème partie).La Mode “Journalisme citoyen”.

2015-01-30 16-51-50L’idée n’était pas mauvaise, sauf qu’elle ne venait pas de la direction générale, mais soufflée par des personnes aux intentions obscures. Il est à rappeler que c’était juste après la « révolution ».
Il s’agissait de former des apprentis journalistes dans les régions sans bien entendu aucune ligne directrice claire et sans objectifs spécifiques. Des formations pratiquement techniques (a la va vite) ont été mise en place et quelques « journalistes » ont pour un moment tenter de copier ou de mimer les « officiels » et on s’est retrouvé avec de petits reportages amateurs diffusés localement et encore..

L’absence de suivi, et de prolongements de cette “Mode” ont fait qu’aucune répercussion notable sur les institutions, ni sur leur dynamique n’a pu justifié le temps, l’argent et les efforts déployés.

Ce qui est vraiment bizarre, c’est que ce “projet” a totalement ignoré l’existence d’espaces d’information jeunesse qui auraient pu être une bonne assise, surtout que ces espaces étaient en “mal” d’idées.

Encore une “Mode” passée dans les oubliettes même si certains animateurs y croient encore sans réelle conviction.

 
Poster un commentaire

Publié par le 22 février 2015 dans Débats d'Idées

 

Les modes passent et ne laissent aucune trace (2ème partie).La Mode des “Quatre Espaces”.

2015-01-30 16-44-08On ne saura jamais qui a été vraiment l’instigateur de cette mode, ni le pourquoi. Par contre nous savons que dès le départ rien n’était clair, même si beaucoup ont fait semblant de croire en cette “mode” et élaboré des théories invraisemblables pour la justifier et clamer haut et fort que c’est “La Solution” pour “moderniser” le domaine de l’animation socioculturelle et de là augmenter les fréquentations des institutions par les jeunes.

Seulement !

Seulement aucune stratégie réelle n’a été mise au point. Le projet s’est distingué par une réflexion superficielle sans fondement et surtout sans prendre en compte la réalité des institutions, ni leurs réelles fonctions. Les responsables ont pensé qu’il suffisait d’aménager des espaces et de les équiper pour que tout “Marche”.

Hélas même les espaces aménagés n’étaient pas fonctionnels et les équipement aussi.

1.L’espace informatique et internet : l’aménagement de cet espace était tout sauf fonctionnel, et je dirai même “anti-pédagogique” :

  • Des ordinateurs placés en cercle avec des cloisons les séparant. Communication difficile entre les “hypothétiques” jeunes, circulation non aisée pour les jeunes et l’animateur.
  • Nombre très réduit d’ordinateurs (cinq pour certaines maisons des jeunes et dix pour d’autres). Même Dix c’est trop peu.
  • La connexion internet avec un débit trop bas, absolument démotivante.
  • Aucune stratégie de fonctionnement ce qui a occasionné les pires problèmes, je ne citerai que le fait que l’animateur (un professeur) responsable de l’espace n’avait plus de soucis que celui de trouver de la monnaie pour rendre la monnaie après avoir calculé combien le jeune a passé de temps.

2.L’espace Information jeunesse : Là on ne s’est pas trop occupé de l’aménagement de l’espace, juste une table en arc de cercle et un ordinateur!!! Je dirai moins que le minimum requis. Puis il y a pire :

  • Quel est le rôle de cet espace ?
  • De quelle information s’agit-il ?
  • Quel supports ?
  • Où chercher l’information ?
  • Comment la diffuser ?
  • Quels rôles ou fonctions pour les jeunes ?

Rien, absolument rien.

3. L’espace Langues : même approche opérée que celle des espaces information. Pas d’aménagement spécifique alors qu’il était primordial, et puis aucune stratégie de fonctionnement.

4. L’espace Loisirs : l’espace fourre tout. Un peu comme “l’ancienne structure” de l’institution. Le pire pour ce dernier espace est qu’il a été présenté comme celui de moindre importance face à l’informatique, l’information et les langues.

 
Poster un commentaire

Publié par le 15 février 2015 dans Débats d'Idées

 

Les modes passent et ne laissent aucune trace (1ère partie)

2015-01-30 17-09-47Depuis déjà des décennies, dans le domaine de l’animation socioculturelle, et avec du recul, on est tenté de dire qu’un certain “errements” a caractérisé une époque où plus rien n’est clair. Ni les rôles et fonctions des personnes ni celui des espaces et institutions. Ce qui a fait qu’on a assisté au fil des années à l’émergence de “Modes” lancées par la Direction générale comme orientations de “travail” et exécutées par les animateurs sans que à chaque fois une stratégie claire n’est tracée.

Il y’a eu la mode des quatre espaces, morte-née mais personne n’osait avouer l’échec.une mode qui a été trainée comme un boulet lourd de «mensonges». Puis, un nouveau trait de génie. Avec la «révolution» est apparu le “journalisme citoyen”. Eurêka on a trouvé ! Donc on investi. Et dans la foulée, nouvelle trouvaille «radio web», ça sonne bien. Mais l’impatience est toujours la … Faut passer à une nouvelle mode et surtout suivre le courant et être «IN» alors «le développement humain» a détrôné tout et s’est érigé comme «LA» solution de tous les problèmes. Tout le monde s’y met juste des formations couronnées de très beaux tableaux d’honneur.
Arrive 2015. Et comme il ne peut venir les «mains vides», nouvelle «mode» prisée par tout le monde, avec deux termes magiques «planification» et «stratégie». On monte ici de quelques crans.

 
Poster un commentaire

Publié par le 10 février 2015 dans Débats d'Idées

 
 
%d blogueurs aiment cette page :