RSS

Archives Mensuelles: juin 2011

Le calendrier de l’élection de l’Assemblée Nationale Constituante

Le calendrier de l’élection de l’Assemblée Nationale Constituante.

 
Poster un commentaire

Publié par le 30 juin 2011 dans Informations

 

Ennabbar… Hors Jeu


Ennabbar … hors jeu by kyazidi
 
Poster un commentaire

Publié par le 29 juin 2011 dans BD de la Semaine, Informations

 

Étiquettes : , ,

Le Gigantesque Chantier à entamer au plus vite

Le domaine de la jeunesse doit absolument se remettre en question s’il veut avoir une place dans la fresque sociale et y jouer les rôles importants voire essentiels qu’il a à jouer. La société tunisienne est en pleine mutation et les nouvelles assises ne souffriront aucun retard ni aucun retardataire.

Le Ministère de la jeunesse et des sports et de l’éducation physique a devant lui un énorme, un gigantesque chantier nommé « Jeunesse ». Un chantier qui ne doit pas être l’affaire d’une poignée de responsables, mais de tous, absolument tous les acteurs et à tous les niveaux.

Il est impératif de tout revoir, tout analyser, tout repenser, les changements se doivent d’être radicaux.

C’est dans ce sens que je m’autorise d’avancer QUELQUES « variables », j’en oublie certainement d’autres. Je les énonce en partant de la réalité de l’état des lieux et de l’idée que rien ne peut changer (TANT QUE ):

1. TANT QUE  Les lieux d’implantations des maisons des jeunes ne sont pas remis en cause.

2. TANT QUE  L’aménagement des espaces reste un vain mot.

3. TANT QUE  Le budget de fonctionnement des institutions reste en deçà des besoins.

4. TANT QUE  La gestion du budget n’est pas l’affaire de l’équipe d’animation.

5. TANT QUE  Le commissariat régional gère les budgets des institutions.

6. TANT QUE  Le commissariat régional intervient d’une quelconque manière dans les programmes pédagogiques des institutions.

7. TANT QUE  L’institution se cloitre dans ses murs et fonctionne indépendamment de son environnement.

8. TANT QUE  L’équipement est décidé et choisi par la Direction centrale.

9. TANT QUE  L’indemnité du Directeur reste dérisoire.

10. TANT QUE  Le projet d’institution n’est pas sa principale stratégie de fonctionnement.

11. TANT QUE  Les objectifs de l’existence même de l’institution maison des jeunes ne soient réfléchis, tenant compte de la réalité de son environnement, des caractéristiques de ses jeunes, de leurs réelles attentes, des objectifs clairs, et bien définis.

12. TANT QUE  L’animateur se prend pour un fonctionnaire.

13. TANT QUE  L’animateur n’est sécurisé que dans son petit club avec sa petite technique.

14. TANT QUE  Le terme « dynamique de groupe » se distingue par son obscurantisme.

15. TANT QUE  L’animateur n’est pas profondément persuadé que sa seule spécialité est la gestion des groupes de jeunes, et non une quelconque technique d’animation.

16. TANT QUE  Le jeune n’est pas impliqué directement dans le fonctionnement de l’institution à tous les niveaux.

17. TANT QUE  L’animateur croit ou se persuade de croire que le jeune attend de lui une quelconque formation technique.

18. TANT QUE  La notion d’Accueil dans une maison des jeunes n’est pas l’affaire des animateurs.

19. TANT QUE  L’animateur attend les directives pour bouger, censurant lui-même sa propre créativité.

20. TANT QUE  Le statut de l’inspecteur de la jeunesse reste flou dans ses relations avec le commissariat régional et la Direction Générale.

21. TANT QUE  L’inspecteur joue sur deux « scènes » diamétralement opposés, la pédagogique et la « policière ».

22. TANT QUE  L’inspecteur ne croit pas en l’observation et l’écoute actives comme principaux outils de travail, et que sa formation en ces domaines nécessite beaucoup de travail.

23. TANT QUE  L’inspecteur ne mise pas sur la recherche pour une meilleure formation et une politique d’accompagnement des animateurs plus efficientes.

24. TANT QUE  L’inspecteur est persuadé que sa principale fonction est l’évaluation, une évaluation qui s’inspire uniquement d’une grille, elle-même douteuse.

25. TANT QUE  La notion « d’accompagnement » reste une notion flottante que chacun interprète à sa manière en fonction de sa propre formation et ses propres convictions.

26. TANT QUE  L’administration centrale juge l’inspecteur sur ses rapports d’activités et non sur ses réelles compétences.

27. TANT QUE  L’inspecteur œuvre sans une véritable stratégie de formation basée sur la recherche elle-même basée sur l’état des lieux.

28. TANT QUE  L’inspecteur croit que son titre fait foi par rapport à formation et compétences.

29. TANT QUE  L’administration centrale n’instaure une Direction de la Formation qui planifie à long terme, et au niveau national.

30. TANT QUE  L’idée que la formation est une affaire régionale ne soit révisée minutieusement.

31. TANT QUE  Les responsables pensent que le plus important dans la formation c’est son thème et des fois la cible, et négligent totalement toute la logistique.

32. TANT QUE  La formation est assurée par des formateurs choisis par ouïe dire, découlant d’une absence d’un vrai panel de formateurs avec des cv, et des parcours reconnus.

33. TANT QUE  Le fossé entre la formation programmée par Bir El Bey et la réalité du terrain, se creuse d’année en année.

34. TANT QUE  Aucune réelle collaboration directe, entre le conseil scientifique de l’Institut de Bir El Bey et la Direction centrale de la jeunesse, n’existe.

35. TANT QUE  Aucune stratégie de formation continue commune (Bir El Bey et Direction générale de la jeunesse) n’est mise en place.

36. TANT QUE  Qu’il n’existe aucune publication digne de ce nom, qu’elle soit de formation, d’information ou autre.

37. TANT QUE  Le portail de la jeunesse reste ce qu’il est, un ramassis d’articles noyés dans ceux du sport et d’un amateurisme des plus médiocres.

38. TANT QUE  Le tout numérique tarde à venir, en commençant par les signatures numériques, les bases de données, etc.

39. TANT QUE  L’image de marque des institutions reste floue, et qu’aucune stratégie d’amélioration n’est mise en place.

40. TANT QUE  L’observatoire de la jeunesse reste la fenêtre unique pour l’information des jeunes et encore !

41. TANT QUE  L’observatoire ne met pas son énorme budget au profit de réelles recherches impliquant les spécialistes de tout bord pour baliser les routes que peuvent suivre les institutions de jeunesse.

42. TANT QUE  L’observatoire ne base pas ses recherches sur des problématiques imposées par les besoins des institutions.

43. TANT QUE  L’observatoire ne se débarrasse pas de cette manie de programmer un séminaire et ensuite de dormir sur ses lauriers.

44. TANT QUE  L’observatoire ne se débarrasse pas de l’idée qu’il est le seul détenteur et diffuseur de l’information, choses qu’il n’assure d’ailleurs pas.

45. TANT QUE  L’observatoire avec ce qu’il collecte des ministères et autres instances ne se crée pas une publication périodique.

46. TANT QUE  Les échanges (extérieurs) restent une énigme, tout est secret, les programmes, les critères de choix des participants.

47. TANT QUE  Ces échanges restent sans conséquences directes sur le domaine.

48. TANT QUE  Le Ministère ne met pas en place une compagne d’information à grande échelle, aussi longue que possible, et usant de tous les moyens et supports d’information avec pour seul objectif l’image de marque des institutions de jeunesses.

49. TANT QUE  Le statut des Maisons des jeunes reste un projet, un sujet de discussion, dont il n’existe même pas un brouillon.

50. TANT QU’On continue (à tous les niveaux, local, régional, et national) à fonctionner essentiellement en fonction des relations interpersonnelles et de leurs étendues, ne tenant aucun compte des compétences et des aptitudes. Et en confondant relations de travail et relations personnelles.

Il reste bien sûr beaucoup d’autres points importants qui doivent être mis sur la table, révisés débattus pour des changements qui garantissent la meilleure « mutation » possible. J’en citerai à titre d’exemples quelques-uns :

· Les Maisons des jeunes itinérantes. Leurs modes de fonctionnement doivent s’adapter aux nouvelles réalités des zones rurales du pays, ce qui suppose des études monographiques sérieuses impliquant toutes les compétences possibles.

· Les Unités d’Animation de quartier. Là tout est faire, il n’y avait aucune stratégie de travail, et si elle a existé il faut sans hésiter la renier sans s’y attarder, et très vite remettre les pendules à l’heure pour les débarrasser de toutes les connotations accumulées.

· Les Bus internet. Là aussi tout est à instaurer en partant des équipements (très mal pensés, donc inadaptés), en passant par la stratégie de travail et surtout la formation spécifique des animateurs.

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 juin 2011 dans Débats d'Idées

 

Étiquettes : , , , ,

Cri d’Alarme

Messieurs c’est quoi ces listes de soutien qui se font, et dans quelles conditions! Le domaine est entrain de couler depuis belle lurette et vous ne faites que l’enfoncer de plus en plus.

C’est trop malsain ce qui se fait. C’est une première dans l’anéantissement du domaine. vous avez été tous sans exception à la même Ecole, vous avez mangé aux mêmes tables, fréquentés les mêmes lieux et surtout vous serez appelés un jour ou l’autre à travailler ensemble. Alors qu’est-ce que vous êtes entrain de faire !

Réveillez vous, la haine vous étouffe alors qu’elle n’a pas lieu d’être d’aucune façon. Au lieu de magouiller avec vos listes mesquines, œuvrez pour réconcilier, parce qu’en fin de compte ce n’est guère trop grave ce qui s’est passé. C’est connu la colère est très mauvaise conseillère, et le pardon est une qualité que seuls les forts et les justes connaissent.

Tout le monde est dans l’erreur, dans le faux, dans l’erroné, alors pourquoi s’entredéchirer ?

On a toujours parlé d’une famille, la famille issue de Bir El Bey, une petite famille, où tout le monde se connait et vous voulez exterminer cette famille ?

Vous êtes tous devenus fous. Au lieu de réfléchir et de travailler ensemble pour rehausser le domaine, lui rendre ses lettres de noblesse, vous ne trouvez de mieux à faire que de lui donner le coup de grâce, oui visiblement un vent de folie s’est saisie de vous et a anéanti votre sens de la sagesse.

En fin de compte vous voulez que l’Association de Bir El Bey soit le glaive de la DISSOCIATION ?  où sont les objectifs de cette association ? est ce là ses finalités ?

Arrêtez s’il vous plait cette mascarade qui va virer au drame, personne n’a besoin d’une liste de soutien, parce que chacun de nous est soutenu par tous ceux qui un jour ou l’autre sont passé par notre chère Ecole.

S’inscrire dans une liste veut dire qu’on est avec les uns mais surtout veut dire qu’on est contre les autres. C’est quoi cette nouvelle stratégie de destruction qui ne profite à personne.

Retombez sur terre, ce qui se passe est trop grave.

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 juin 2011 dans Débats d'Idées

 

Étiquettes :

Élucubrations d’un désappointé

Voilà, c’est l’été, la saison de toutes les excuses pour justifier le farniente. La saison des couleurs. Le ciel bleu sans tache, la lumière éclatante de blancheur, la mer bleue et verte miroir oisif du firmament, des fruits aux formes et aux couleurs variées à ne plus en finir évoquant des natures mortes à faire rêver artistes et gourmets. Des nuits colorés non seulement par les lumières mais par les sons, cacophoniques souvent, mais la variété impose l’ambiance. Des habits bariolés de toutes les couleurs possibles et imaginables, même à la plage où les gens sont dénudés, le peu qu’ils portent offre une fresque grandiose.

Saison des couleurs, saison des odeurs aussi, soleilla puanteur fétides des poubelles surchargées par les victuailles des longues soirées, odeur d’une mer qui a échangé son iode pour un mélange étrange vacillant entre l’égout et l’usine d’hydrocarbure.

Saison des longs palabres vides de sens, des discours qui se veulent « people », et qui agrémentent les longues soirées et documentent les cérémonies de mariages, les soirées des nantis dans les boites de nuits ou les festivals.

Saison des grandes soifs que chacun rassasie à sa manière, là aussi le bal des couleurs est impressionnant, des couleurs des plus fantaisistes (celles des cocktails) au plus sombres et plus conventionnelles.

L’été est une saison festival qui impose un rythme unique qui chambarde celui de tout le reste de l’année et où le farniente devient ROI.

Reste que certains n’attendent pas l’été pour faire du farniente une règle absolue. Suivez mon regard !!!

 
Poster un commentaire

Publié par le 25 juin 2011 dans Débats d'Idées

 

Étiquettes :

لتمهين التكوين الأساسي لمتفقدي الطفولة

رادس القرية 21 جوان 2011

ورقة من إعداد :د رضا مبروك ساسي

1- تذكير برهانات التكوين

-يتمثل الهدف الاساسي من تكوين متفقدي الطفولة الجدد بعد ثورة 14 جانفي 2011 في :

– تمهينهم قصد التخرج بملامح هوية مهنية فاعلة ومسؤولة ومجددة تؤمنها ثقافة مستنيرة بمبادئ الكرامة والعدالة وحقوق الطفل .

-تمكينهم من تكوين نظري وعملي يساعدانهم على التكيف مع الحاجات النفسية والمعرفية  والتقنية  للمنشطين والمنشطات بمؤسسات الطفولة يساعدهم على اكتساب أدوات ميسرة  لتعديل التصورات و تمثل الممارسات والتلاؤم مع واقع المؤسسة ومحيطها

يتوافق هذا التكوين الأساسي مع مبادئ التحديث والتأصيل لمهنة  متفقد الطفولة ويهدف إلى

: بناء الكفايات السيكولوجية والتواصلية والاندراغوجية والاخلاقية الضرورية لممارسة المرافقة و التكوين والبحث والتقييم والتجديد.

2-المبادئ العامة للتكوين الأساسي لمتفقدي الطفولة

–         أ-التكوين بالتداول

يو ضع التلامذة-المتفقدون في سياقات ووضعيات ملاحظة وتثاقف  يفترض أن تساعدهم على  تملكهم لكفايات  تبنى في فضاءات التكوين النظري بالمركز–التربصات الميدانية بالداخل والخارج- في الدورات التدريبية والندوات.

ذلك أن التداول في التكوين بين المركز والميدان ييسر التمفصل بين  كل من المكتسبات النظرية  والميدانية  خاصة إذا ما اعتمد التحليل المتأمل لواقع التنشيط بمؤسسات الطفولة أي أن ينطلق كلما أمكن في التكوين بالمركز من حالات أو وضعيات مشكل من الممارسة التنشيطية أو الإدارية وأن توظف المفاهيم النظرية كلما احتيج لها في الممارسة

ب-التكوين الفارقي

يراعي المكون الفروق الفردية  ( الخبرات السابقة ،التربصات السابقة  ،الحاجات الخصوصية…)للمتكونين سواء أكان ذلك عند التكوين  النظري بالمركز أو عند الملاحظة والممارسة المتدرجة في الميدان ويعترف لهم بإنجازهم وإبداعاتهم من خلال التقدير والتثمين

ج-التكوين التشاركي والتفكير الجماعي في المشاريع

يدعو المكون التلامذة المتفقدين للعمل في مجموعات بحثية قصد التعاون على إيجاد حلول لمشكلات العمل الميداني بواسطة  التأمل والتحليل

-التنسيق والتأمل  المشترك في إشكاليات التأطير وتبادل الرؤى بين المكونين في المركز وزملائهم الميدانيين قصد تعديل مسار التكوين وضمان التمفصل بين النظري والعملي الميسر لتراكم ثقافة مميزة لمهنة متفقد الطفولة.

د-التكون والانفتاح على التجارب الجيدة

أمام تعقد الوضعيات ( المرافقة والإسناد والتقييم والتقويم والمتابعة والهندسة والتكوين والتنشيط والبحث والتجديد…) وتعدد السياقات التي تستوجب من التلميذ- المتفقد التحكم فيها يجدر بالمكون أن ينوع الطرائق والأساليب التنشيطية والتكوينية حتى ينمي لدى المتفقد استقلاليته و قدرته على الاختيار الجيد

كما يمكن للمكونين الاستفادة من مناويل تكوين مختلفة شريطة أن ينتهج مسارا سوسيوبنائيا ينطلق من الواقع المهني لينظره  ويعود إلى الميدان ليطوره.

ومن أنماط التكوين يمكن الإشارة إلى أهمها:

تكوين عملي-نظري

تكوين نظري –عملي

تكوين عملي –نظري-عملي

 هذا النمط الثالث من التكوين  يساعد كلا من المكونين والباحثين على الانخراط في براديقم جديد  يولي أهمية للمرافقة والمصاحبة والملاحظة للممارسة والتأمل فيها والعمل على تحليلها أملا في حل مشكلات الميدان

وبناء تصورات إيجابية  لأخلاق المهنة وبالتالي تطوير الكفايات المهنية وتشكل ملامح هوية مهنية جديدة لمتفقد الطفولة بعد أن كان منشطا بالمؤسسة أو مديرا لها وذلك من خلال  :

تقمص الأدوار المهنية

رواية تجارب خاصة(تجديد بحث تكوين..)

دراسة الحالات

دراسة الوضعيات-المشاكل

مقابلة تقييم

مقابلات مفتوحة

مقابلات سريرية

توظيف البرتفوليو للتكون

تقديم  العروض

توظيف أدوات تقييم ذاتي وتحديد اتجاهات ومواقف

تجريب استراتيجيات وبحث عن تجديدات

مرافقة مشاريع تربوية

3-التقييم

 يسهم التقييم التكويني للمتكون في مرافقة تعلماته الجديدة التي يتملكها في صلاته بذاته بالمكونين  وبالمعارف العلمية والسياقية التي تقترح عليه لذلك يفضل  إبلاؤه الأولوية

ولما كان التقييم الجزائي الإجمالي ضرورة يختم بها مسار التكوين الأساسي يحسن مراعاة معايير  جود الأداء بعد اقتراح وضعيات- مشكل أو حالات  مستمدة من التجارب التكوينية أو من الممارسات المهنية اليومية

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 juin 2011 dans Débats d'Idées, L'Inspecteur

 

Étiquettes : , ,

Question idiote, mais question tout de même.

color-bg

Personne ne doute de la réussite de la “Maison des jeunes d’El Menzah” ouille !!!! non cela s’appelle “Centre Culturel et Sportif” (désolé!)….. Mais réflexion faite, non c’est une maison des jeunes construite par le Ministère de la Jeunesse (j’omet exprès sport et éducation physique).

Il y a toute une magouille dans l’appellation de cette institution. Mais ce qui est certain c’est que le Ministère, savais ce qu’il faisait, il savait quel plan architectural il fallait pour une institution de jeunesse, il savait quelle structure administrative mettre en place, il savait quel budget il fallait pour faire tourner une institution de jeunesse, bref il savait tout. Mais il a choisit de ne le faire qu’à El Menzah, et pour toutes les autres institutions (maisons des jeunes, centres de stages, maisons des jeunes itinérantes, unités d’animation de quartiers, bus internet) eh bien là, il a préféré le nombre à la qualité, il a préféré les programmes à la va-vite aux réelles stratégies avec toutes les conséquences que cela impliquent.

Des infrastructures vieillissantes, en délabrement la plupart du temps, souffrant de tous les maux, avec des budgets dérisoires de fonctionnement, des équipements, qui souvent ne répondent pas aux besoins de l’institution, avec des problèmes quotidiens qui ne laissent aucune place aux objectifs réels.

Alors, pour ne pas m’égarer, LA QUESTION est Pourquoi ? Pourquoi le Ministère (avec toutes ses Directions) qui a prouvé qu’il était apte à mettre en place une institution qui peut répondre sans problèmes aux attentes des jeunes, qui peut jouer efficacement son rôle dans la société, ce même ministère s’est autorisé à continuer à ignorer que toutes, absolument toutes les autres maisons des jeunes, ne peuvent fonctionner, ni atteindre leurs objectifs avec leur statuts, leurs modes de fonctionnement, leurs budgets, leurs équipements ?

Bête la Question ? Oui, j’en convient mais je pense qu’il faut la poser. Des centaines d’institutions, avec leurs cadres éducatifs, souffrent de ne pas pouvoir être à la hauteur de leurs missions, souffrent de ne pas jouer les rôles dont ils ont longtemps rêvés étant étudiants.

L’institution d’El Menzah a été pensée par les mêmes instances qui ont jugé normal que les autres institutions vivent l’enfer quotidien qu’ils vivent en ce moment et qui a généré une grave maladie chez les animateurs qui se traduit essentiellement par un profond désespoir de voir un jour les choses changer malgré ce qui s’est passé dernièrement en Tunisie.

La Maison des jeunes El Menzah est, comme dirai le français, l’arbre qui cache la foret, à lire dans tous les sens. Merci de toute manière à El Menzah, pour tous ses efforts pour redorer l’image de marque du Ministère et ainsi nous faire oublier les “petites misères”.

 
 

Étiquettes : , ,

 
%d blogueurs aiment cette page :